Pourquoi les Canadiens sont-ils gentils ?

Kiss To CaribouLa première différence que vous pourrez remarquer en atterrissant sur le territoire canadien est le respect présent dans l’atmosphère ambiante.

Ayant vécu plusieurs années à Paris, me retrouver dans le métro/bus face à des personnes civilisées et respectueuses relève du miracle. Finies les bousculades pour monter dans le métro, finis les jeunes  qui passent avec toi dans les barrières du métro (d’ailleurs il n’existe pas de barrières), finies les remarques désagréables sur ta jupe « trop courte », ton pantalon « trop moulant », ton sourire « trop aguicheur » et les « hé madame, on peut parler ».

La première réflexion que l’on se fait en arrivant, étonnamment, ressemble plutôt à une constatation : ici, les gens sont GENTILS.

Quelques exemples de ce respect ?

  • En attendant le bus, les Canadiens font la queue. En effet, pourquoi les premiers arrivés ne seraient pas les premiers à monter dans le bus ? Logique.
  • Quand une personne fait tomber un objet, trois autres se jettent dessus pour le ramasser immédiatement et lui redonner. Sympa.
  • Plus d’une personne sur deux remercient le chauffeur en descendant du bus, parce qu’après tout, il nous a bien rendu service.
  • Parce qu’un chauffeur de bus fait de longues journées, il y a souvent un passager pour lui faire la discussion, parler de la pluie et du beau temps.
  • Bien qu’il n’y ait pas de tourniquet de contrôle pour les tickets, il y a toujours la queue devant la machine pour les acheter.
  • Si une rame de métro semble trop remplie (plus de place assise), quelques passagers n’hésitent pas à rester sur le quai pour attendre la suivante.
  • Si quelqu’un t’aborde dans le bus, ce n’est pas pour te demander de l’argent ou te draguer, c’est juste qu’il a trouvé ton manteau sympa et souhaitait te le faire remarquer.

Et mine de rien, ça fait du bien.

Skytrain

De manière générale, la confiance en l’autre est plus grande ici et cela se ressent dans la vie de tous les jours. Que ce soit à travers la location d’une chambre sans aucune preuve de travail ou de revenus, la possibilité de prendre le métro sans avoir à valider son ticket ou encore le recrutement davantage basé sur la motivation et sur notre engagement que sur nos diplômes.

Par contre, en échange d’un tel acte de confiance, la répression se retrouve plus sévère en cas de triche ou de non respect du contrat. Une personne peut être virée du jour au lendemain, que ce soit de son boulot ou de chez lui.

Pourquoi ?

Ce qui m’amène à me demander pourquoi une telle différence. En quoi une population peut elle s’avérer plus respectueuse en société, tandis que l’éducation et le style de vie sont similaires.

A force de discussions, le premier facteur qui ressort est la différence de densité de population. A Paris, celle-ci est de 21 000 habitants/km2. Devinez de combien elle est à Vancouver ? Divisez la densité de Paris par 4 et vous l’obtiendrez. Une telle différence ne peut pas être négligée : lorsqu’une personne monte dans le bus à Vancouver (et bénéficie de la place assise), 4 montent dans celui de Paris et se retrouvent en compétition pour la place. Imaginez le résultat à plus grande échelle dans la vie de tous les jours.

De plus, les rues canadiennes sont beaucoup plus larges et espacées. Les voitures disposent en général de 2 à 3 voies pour circuler, même en centre ville, et les passages piétons permettent à trois personnes alignées (ou plus) de poursuivre leur chemin en même temps.

Un point pour le Canada pour son espace et son aménagement qui rendent la vie plus agréable. A Vancouver particulièrement, l’espace entre les rues laisse entrevoir les montagnes et rajoute une immensité à la dimension de la ville.

Broadway Station

Un deuxième facteur qui revient régulièrement réside en notre « culture de la gruge ».

En France, il est courant de ne pas payer son ticket de train ou de bus. Ce n’est pas nouveau.  Cela m’amène à me demander pourquoi est-ce que je serais la seule à suivre les règles en payant ce ticket. Et m’entraine donc à faire de même pour ne pas être la seule à me « faire avoir ».

De plus, il existe un certain respect pour les personnes qui réussissent à s’en sortir sans respecter les lois. Une admiration même. « S’il a réussi à déjouer le système, c’est qu’il est plus intelligent que ceux qui ont créé ces règles ».

Cette mentalité n’existe pas au Canada, où il est bien vu de respecter les règles / mal vu de ne pas le faire. Au contraire, les Canadiens auront davantage tendance à dénoncer quelqu’un qui ne suit pas cette logique et les punitions seront conséquentes.

Il existe probablement d’autres facteurs, que je découvrirai peut être au fur et  mesure. En attendant si vous avez d’autres idées n’hésitez pas à les partager.

Il existe des milliers de bonnes raisons d’adorer la France, mais il faut avouer que cet article marque un point pour le Canada, et représente une des raisons pour lesquelles certains Français ont choisi de s’installer durablement sur cette terre d’immigration.

Un exemple direct de cet article

Cette annonce a été partagée sur Facebook par des milliers de Canadiens:
Une personne a retrouvé un appareil photo en montagne et a posté une des photos de l’appareil sur Facebook de facon a retrouver le propriétaire… plutot cool !

CanadienCamera

Kitsilano

Je suis obligée de vous parler du quartier dans lequel j’ai emménagé, ce coin tant prisé des expat : Kitsilano !

Kitsilano Coucher de soleil

Relié à Downtown par le pont de Burrard, Kitsilano est un quartier résidentiel aisé qui longe le bord de mer. Dans les années 60, Kitsilano était le coin de repère des Hippies. De nombreux restaurants végétariens, magasins biologiques et boutiques de yoga y sont encore aujourd’hui présents et on peut sentir parfois une odeur de joints dans la rue.

Les hippies ont grandi et les jeunes cadres dynamiques les ont peu à peu rejoints, séduits par la proximité des plages et le charme du quartier. Aujourd’hui s’y mélangent quelques maisons traditionnelles rénovées, des maisons modernes familiales et des appartements qui font la joie des étudiants de l’Université UBC, située à l’Ouest du quartier. Le prix des loyers a considérablement augmenté mais le quartier garde un esprit zen et éco-responsable.

En tant que quartier résidentiel, Kitsilano n’est pas un quartier qui se visite mais plutôt un quartier qui se vit. Vous décidez de vous y promener une petite heure, afin de ressentir l’atmosphère particulière qui y est présente.

Depuis le centre ville, vous montez dans le bus 22 et descendez à la station Arbutus Street, à l’intersection de Cornwall Avenue. Vous remontez légèrement vers le Nord et vous retrouvez nez à nez avec … la mer ! Bienvenue à Kitsilano Beach !

Kitsilano Beach

Plein de jeunes sont répartis par groupes et bronzent, discutent, jouent au beach volley sur la plage. La plage de Kitsilano a été récemment nommée parmi les 10 meilleures plages d’Amérique du Nord en raison de son panorama sur les montagnes et de son sable fin. Les plus courageux tentent un saut dans l’eau et jouent sur la plateforme aménagée à 20m de la plage.

Vous faites demi tour et remarquez de la fumée qui s’émane du parc longeant la rue : ne vous inquiétez pas, il s’agit juste des bbq organisés par des familles ou groupes d’amis. Certains jouent au frisbee sur la pelouse, d’autres s’entrainent à marcher sur une corde tendue entre deux arbres. D’autres encore sont tout simplement en train de bronzer ou d’apprécier la lecture d’un livre au soleil.

De l’autre côté de la route se trouvent un Starbucks (étonnant), un bar branché – The Local– où les personnes apprêtées jurent avec celles en bikini sur la plage et quelques restaurants.

Vous continuez votre route vers l’Ouest et vous vous retrouvez sur une terrasse surplombant une immense piscine : la fameuse piscine en plein air de Kitsilano.

Piscine de Kitsilano - Vancouver

Il s’agit de la plus grande piscine du Canada avec ses 137 mètres de longueur. Elle propose une alternative à la plage avec son eau salée chauffée, tout en offrant une vue splendide sur la mer, Stanley Park, English Bay et le panorama des montagnes.

Vous hésitez à y faire un plongeon mais gardez l’idée pour plus tard et continuez votre promenade. Vous décidez de rejoindre une des deux avenues commerçantes, la 4e Avenue et Broadway (9e Avenue). Vous n’avez pas peur de la montée mais vous vous dites que la 4e sera quand même plus facilement accessible. Vous traversez quatre avenues en pente et vous y voilà.

Très réputée, la 4e avenue regorge de restaurants, bars et de boutiques branchées. Vous vous retrouvez face à des magasins spécialisés en équipement de yoga, des boutiques pour futures mamans ou encore certaines spécialisées pour l’habillement de votre chien.

Broadway Avenue

Vous flânez un bon quart d’heure dans cette rue et décidez de rejoindre des rues un peu plus résidentielles. Vous dépassez Broadway et retrouvez la rue où vous logez, la 11e Avenue.

Les immenses maisons toutes différentes se succèdent, certaines avec terrasse et fauteuil dans l’entrée, d’autres avec une balançoire dans l’arbre dominant. Vous vous sentez en sécurité dans ces allées surplombées par des arbres touffues et voyez quelques rayons de soleil se dissimuler entre les branches.

Kitsilano Neighbourhood

Une douce odeur de barbecue règne et des discussions  et éclats de rire s’échappent de certains jardins. Vous vous voyez bien fonder une famille ici, même si ce n’est pas du tout prévu pour l’instant.  Vous vous sentez bien et comprenez pourquoi tant d’habitants ont adopté ce quartier.

Kitsilano004